NaNoWriMo 2019


Ecriture / lundi, novembre 11th, 2019

Un an et quelques jours plus tard… Le même rendez-vous, le même objectif.

L’an passé, j’ai atteint les 50k, les 50 000 mots en 30 jours. J’étais très contente d’avoir gagné ce badge qui ne vaut que le prix qu’on lui donne.

J’étais par contre assez triste aussi, parce qu’en cours de route, le chat qui avait inspiré mon projet Kouna nous a quitté… Ça, c’était pas prévu !

Cette année, je pensais continuer la suite de ses aventures, mais finalement, c’était trop triste de parler tout le temps de lui. Alors j’ai mis de côté cette série, même si j’étais déjà pas mal lancée sur le concept de cette année. J’imaginais un polard parodique à la Agatha Raisin, entre la Malaisie et les brumes anglaises… Comme je commence ce mois en Guyane et le finirai en Belgique, ça aurait pu donner un truc sympa. Mais finalement, non, je change.

A côté d’autres sortes d’écrits, comme la reprise de ce blog, je pars sur d’autres traces, au sens propre. L’histoire et l’archéologie m’intéressent depuis longtemps et je vais aller creuser le sujet dans les sables du Karakoum.

Point de départ : les documentaires qui m’ont fait voyager le cœur et l’esprit en découvrant les fouilles de la Civilisation des Oasis au Turkménistan, qui préfigure à l’âge du bronze ce que sera la Route de la Soie.

Le récit prendra plutôt la structure du parcours du héros. J’ai une trame général que je détaille petit à petit. Je n’ai pas encore avancé beaucoup. J’ai la description d’une tête d’épingle en forme de bélier que j’aime beaucoup (ce qui m’avait lancé sur la piste de Gonour Depé)

Déjà une première dizaine de jours et une expérience sympa, celle d’écrire dans un endroit magnifique : les îles du Salut en Guyane.

Malgré l’absence de wifi – ça reste les îles et la Guyane… Ça a toujours été compliqué de se connecter ici ! -, je me suis offert deux jours de vraies vacances hors saison et avec l’ordi comme seul compagnon. J’ai adoré écrire en contemplant l’île du Diable, témoin de la déportation de Dreyfus, et à quelques mètres du sémaphore où officiait Seznec. Je connaissais déjà le site de l’île Royale et son histoire pour l’avoir visité plusieurs fois. Cette fois, je voulais voir le site différemment, pour ce qu’il est au delà de son patrimoine carcéral, c’est-à-dire un lieu juste superbe avec une nature généreuse, que ce soit les espaces aménagés de l’île Royale ou ceux plus isolés comme la plage des coquillages à St Joseph.

Bordure décorative

Maintenant, je vais reprendre mes notes éparpillées dans mes carnets, et écrire des passages journaliers, selon le quota du jour ou plus, si temps disponible et affinités. C’est un peu ce que j’avais fait pour mon premier nano en 2015. Cela avait donné un genre de patchwork de textes décousus, dans lesquels j’avais retrouvé différents fils conducteurs et idées à garder.

J’aimerais aussi prendre le temps de lire les ressources et des blogs sur l’écriture, pour en apprendre plus sur les structures, concepts d’écriture, etc. pour progresser, mieux m’organiser et trouver d’autres façons d’écrire.

Comme beaucoup, j’écris pour mon plaisir depuis que je suis à l’école, en me racontant des histoires, écrivant journals, poèmes, ébauches de nouvelles et de romans. J’ai participé à divers ateliers d’écriture. Et je peux passer des heures dans une papeterie, réelle ou en ligne, sans jamais me lasser. 

Je voudrais maintenant structurer tout ça, pour mettre au jour la vraie motivation de cette vieille habitude d’aligner des lettres, des mots, des phrases sur papier ou sur PC.

Le Nano et les Nanocamp sont les meilleurs occasions pour y parvenir. N’hésitez pas à aller jeter un oeil sur le site (en anglais, mais les communautés francophones sont bien présentes et actives).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.