Bouée - Photo by Micaela Parente on Unsplash
Écriture / Journal de bord

Dimanche 31 janvier – Comment Jérôme Vialleton a sauvé ma relecture

Comme je me l’étais promis, je me suis attelé à reprendre ma relecture de façon constructive et efficace. Autant dire que j’ai encore procrastiné 😅🤣. Mais après une bonne virée dans ma papeterie préférée, où j’ai trouvé quelques pépites, je me suis remise au travail, avec pomodoro, thé, et stylo en main. Mais, cette fois, les choses ont bien tourné. Notamment grâce à la newsletter et au blog de Jérôme Vialleton avec qui j’ai enfin pu amorcé correctement ma relecture.

De l’intérêt de suivre des blogs d’écriture

Dans les onglets ouverts sur la procrastination intelligente, j’avais le blog excellentissime Écrire et être lu – je ne peux que vous le recommandé plus que chaudement. Ainsi que sa newsletter du dimanche. C’est ainsi que je me suis retrouvée à lire son article sur les étapes à suivre pour bien publier sur Amazon. Et, comme Jérôme est un homme sage et qui connaît son public (et qu’il sait rédiger un article comme un chef et qu’il savait que j’allais procrastiner), il avait judicieusement placé des liens vers les étapes pour écrire et corriger son roman avant la publication. Quel malin.

Vu que c’est mon sujet du moment, j’ai suivi le lien vers son article Les 12 clés pour corriger votre roman (et aimer ça). Histoire de procrastiner, toujours (c’est le week-end, après tout) mais en mode un peu plus utile.

Mais c’est là que la Muse, le dieu des apprentis auteurs procrastinateurs et Obi Wan Kenobi sont intervenus : J’ai pilé net sur son point 3 “Lire à voix haute. Je me suis souvenu d’un truc…

Lire à voix haute

Je me suis alors rappelée de la Fonction Lecture voix dans Scrivener.

En étudiant les possibilités et les fonctionnalités diverses et (très) variées de Scrivener, j’avais vu cette possibilité de jouer son texte par une voix automatique. Je n’ai l’avais pas encore utilisée jusqu’ici. J’avais exploré les outils pour la préparation, ensuite l’écriture.

A présent, je vais explorer les moyens d’édition de ce super couteau suisse pour auteur.

Fonction Lecture voix dans Scrivener

Donc, j’ai interrompu là ma lecture de l’article de Jérôme pour aller ouvrir Scrivener. Après deux clics à travers les menus, j’ai trouvé ce que je cherchais : la lecture à voix haute.

Fonction lecture voix dans Scrivener
La fonction Lecture voix se trouve dans le menu Editer , dans la Béta3 pour Windows de Scrivener

Il suffit de mettre le curseur au début de son texte pour le lire et de cliquer sur démarrer. J’ai relu le chapitre 3 sans douleur et rapidement, stylo en main pour prendre les notes au fur et à mesure.

Petit bémol : mais où sont-ils allés chercher ces raccourcis clavier ?! J’ai donc ajouté la fonction directement sur la barre d’outils.

Voix distanciée pour redécouvrir son texte

Les premiers instants, la voix automatique me heurtait un peu. Mais on s’y fait très vite.

Cette voix agit un peu à l’oral comme la fameuse police Comic Sans pour redécouvrir son texte. Elle lit mécaniquement les mots et la ponctuation, marque les pauses, etc. Cela m’a vraiment aidé à voir le texte tel qu’il était. Le plus évident, ce sont les fautes de frappe qu’elle lit à la lettre. Ensuite, le rythme entre phrases longues et courtes apparaît clairement, puisque Scrivener ne doit pas reprendre son souffle, lui.

C’était donc une lecture à la fois efficace et plus rapide que la mienne, qui m’égarait ou m’attardait sur l’un ou l’autre mot, et finalement tournait en rond. J’ai relu ainsi trois chapitres là où j’en avait à peine survolé un.

Relever les éléments à modifier

En parallèle, j’ai trouvé aussi une autre arme secrète : un carnet réutilisable. Les pages sont plastifiées à la façon d’une ardoise, mais avec des pages. J’ai pris un modèle A5 avec 30 pages. Il y a un marqueur effaçable (non permanent) avec un bout feutre à la place de “gomme”

Ainsi, je lance la lecture, et je prends les notes à la volée, chapitre par chapitre, sans trop m’inquiéter de tri.

Dans un second temps, je reprendrai ces notes, pour en faire un tableau où je listerai clairement les éléments de récit à rajouter, et les réécritures à faire pour l’intrigue, les personnages. Le style et la forme viendront ensuite.

Une bordure décorative -lire à voix haute pour la relecture

Voilà, ce fut un peu long pour mettre tout ça en place, mais maintenant, je pense être enfin sur les rails pour ce nouveau travail sur mon roman-école.

Ce week-end, en plus, c’était cadeau, sur le Patreon et Instagram, Elodie Lauret avait organisé des lives, avec discussions, partages, atelier d’écriture, pour fêter l’anniversaire de son podcast – qui m’a tant aidé à me lancer enfin -, ainsi que le lancement de son site internet (je vous le recommande plus que chaudement). En plus du soleil de la Réunion, ça m’a vraiment remotivé et donné envie d’avancer à fond sur mon projet.

Photo by Micaela Parente on Unsplash

Auteur

dcedv@outlook.fr
Amatrice de stylos-plumes, apprentie écrivain, j'écris pour mon plaisir, pour le mettre sur papier avec de jolis objets, tels que plumes et carnets. J'aime les couleurs également, celle de ma boite d'aquarelle ou celles qui se succèdent au fil des saisons, ici et ailleurs. Merci d'avoir lu ce billet. J'espère qu'il vous a plu. N'hésitez pas à laisser un commentaire ou une question. J'y répondrai avec plaisir.

Commentaires

1 février 2021 à 16 h 48 min

J’utilise aussi cette fonction ! Elle existe aussi sur word au besoin ! Je trouve qu’elle est très pratique quand on est dans la dernière ligne droite et qu’on ne peut plus voir son texte en couleur et qu’il faut traquer les dernières coquilles ! Bref, très pratique, je recommande chaudement aussi !



Valentine
12 février 2021 à 12 h 45 min

Super intéressant!! Je pense que ça va bcp m’aider aussi, merci 🙂



Pour me laisser un commentaire, c'est ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :