café et journal - Photo by Sincerely Media on Unsplash
Journal de bord

Récap de la semaine 19

Je commence aujourd’hui une nouvelle rubrique avec un nouveau type de billet. Je vais faire ici le bilan de ma semaine, sur le plan de l’écriture, mais aussi de mes lectures et de ce qui m’aura fait avancer dans mes projets créatifs. Voici donc le premier “Récap de la semaine” : semaine 19 du 4 à aujourd’hui 10 mai.

*Edit du 25/05/20 : j’ai renommé la catégorie en “Journal de bord”, où viendront les articles du dimanche mais aussi les billets sur mes avancées, réflexions et autres, un peu à la façon d’un journal d’écriture.

J’ai pensé que ce genre de publication régulière pourrait m’aider d’une part à prendre un rythme de publication pour bloguer régulièrement, d’autre part cela représenterait un résumé des notes que je prends au jour le jour dans mon carnet d’écriture. En les mettant en ligne, je rends mes notes plus accessibles en ligne que sur un carnet, grâce à l’outil recherche.

C’est parti.

Écriture

Projet Kouna

Je vais continuer à donner ce nom à mon projet de roman pour le moment. C’est un working title, on va dire.

Je n’ai pas avancé le Kouna, à part quelques notes d’idées ou des liens.

Après le camp nano d’avril la semaine passée, je suis satisfaite des choix et des avancées faits. J’ai surtout eu envie de faire d’autres choses que j’avais laissées de côté pour me concentrer sur mon premier projet.

Je sais qu’il ne faut avoir qu’un seul roman en cours. Sinon on s’éparpille sur mille projets. Je ne me suis lancée que sur trois idées de roman : le Kouna qui a la priorité absolue, et les deux autres qui attendront : une histoire de pirate (ma madeleine d’adolescence, mes premières envies et expériences d’écriture), et une histoire archéologique, l’Or du Karakoum, qui est toujours dans les sables du désert. Je n’y toucherai donc pas avant un sacré bon moment (2 ou 3 ans pour le moins, mais on n’est pas pressé).

Format nouvelle

J’avais vraiment envie de me pencher sur le format nouvelle et je me réjouissais presque de commencer à en écrire cette semaine… Mais il ne s’est rien passé !

Page blanche, dites donc ! Ce n’était donc pas un mythe ?! Ça arrive donc pour de vrai, même quand on fait tout bien et qu’on essaye d’être bonne élève ? T’as gagné !

Il m’a manqué l’étincelle de l’allumage pour m’y mettre. Résultat, j’ai l’impression d’avoir procrastiné. Ce n’est pas faux. Je peux toujours me dire que j’ai continué à réfléchir, à m’interroger sur mes projets, sur l’écriture, sur ce que je veux faire. C’est aussi une sorte de travail. Mais il ne faudrait pas que je continue la semaine prochaine. C’est aussi pour cela que j’écris ce billet aujourd’hui.

Blog

J’ai passé un moment à regarder le plugin calendrier, et tous les brouillons plus ou moins planifiés.

Autant vous dire qu’ils ont une certaine tendance à glisser, comme des dates de lancements sur un planning prévisionnel au CSG (il y a toujours plusieurs campagnes de lancement en cours au centre spatial et on ne lance qu’une fois fusée et satellites fin prêts, les plannings évoluent donc fréquemment).

Par quel bout reprendre la publication d’articles après la série bien balisée du camp nano ? J’ai plusieurs sujets possibles, mais aucun ne s’est imposé pour être écrit cette semaine… Et forcément, je n’ai rien publié. Procrastination, perfectionnisme….. Vade retro, toussa… (air connu)

Donc, je vais passer par un format fixe, ce billet du dimanche. Il me donnera un cadre pour un thème à développer dans la semaine et les suivantes…

Le billet du jour va reprendre plusieurs sujets dont j’aurais pu faire des articles indépendants. Ainsi, je verrai quels sujets valent la peine d’être développer et ceux dont je ne parlerai que dimanche.

Dire que j’ai galéré avec ma liseuse cette semaine n’est pas très captivant.

Présenter mon utilisation de Calibre ou parler du prêt de livres numériques vaut un article.

Et là, je me rends compte que, niveau blogging, j’ai aussi tout à apprendre. Lire des articles de conseil ne remplace pas la pratique. Savoir écrire des billets et les organiser, ça ne s’apprend qu’au fil du temps, avec un blog actif.

La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas une corvée. J’aime passer du temps sur WordPress ou ici à rédiger.

Je devrais passer plus de temps à relire par contre. Je sais qu’il y a une tripotée de fautes qui trainent encore dans les précédents billets… N’hésitez d’ailleurs pas à me les signaler 😉

Lecture

Livres lus

Je suis assez éclectique dans mes lectures. C’est une habitude que j’ai toujours eue. Autrefois, je lisais même plusieurs livres en même temps, un le soir, et des livres plus légers l’après midi. Maintenant, j’ai toujours un livre en cours sur ma liseuse.

Cette semaine, j’étais un peu frustrée, voir ci-dessous. Alors, je me suis fait un petit polar sans prétention, L’étrange secret de Marie Cloarec, d’Alex Nicol (38 rue du Polar). Sympa même si l’histoire était assez prévisible.

En avril, j’ai lu Rien n’est noir de Claire Berest, je crois trouvé au détour d’une recommandation sur Babelio. Une biographie de Frida Kahlo. Je connaissais son nom, plus ou moins ses autoportraits, sa santé fragile et l’admiration que lui portent les féministes. Je n’en connaissais donc pas grand chose.

Effectivement, sa vie vaut son pesant de haricots rouges. Et le livre m’a beaucoup plu, même si le problème des biographies, c’est que c’est toujours triste à la fin.

J’ai aimé le ton, la restitution de l’époque et des lieux fréquenté par Frida et son mari, leurs amis (toute une époque), les tenues de Frida. Je l’aime de ne pas avoir apprécié les dadaïstes et les milieux intellectuels. J’ai aimé me replonger dans l’ambiance de l’Amérique latine que j’ai un peu retrouvé l’an passé à Kourou. Une certaine liberté de ton, sans calcul derrière.

Je me dis que tout le monde a en lui une petite bulle de liberté qu’il suffit de décider de s’offrir et de faire grandir, quelles que soient les difficultés.

J’ai testé le prêt de Lirtuel avec Une fois dans ma vie de Gilles Legardinier. Je me suis dit que je ne risquais pas grand chose à emprunter un auteur qui plaît à beaucoup et un peu passe-partout. (Mais ! Même en tête à tête avec ma Kobo, je suis peureuse en fait ! J’ai l’impression de devoir justifier mes choix de lecture ! grrr… perfectionnisme, re vade retro toussa, non de @rdf&$ !!). Et en effet, c’était délassant, léger, les personnages bien faits et attachants. J’ai ri toute seule une ou deux fois (la cache des jouets de Noël !!).

Lecture en cours

J’ai commencé hier soir Les gens heureux lisent et boivent du café, de Agnès Martin-Lugand.

J’ai ouvert celui-là parce qu’il était dans mes livres à lire depuis un petit moment. J’avais envie d’un livre beau et inspirant. Les commentaires à son sujet ont l’air d’être unanimes à dire que c’en est un, malgré la tristesse du début.

Ma liseuse Kobo, ADE, la bibliothèque Calibre et leurs amis

Depuis 2014, j’ai une liseuse Kobo Glo et je suis toujours aussi fan. Je ne vais séjourner nulle part sans elle. Même si avec l’appli, je peux lire aussi sur le téléphone.

J’aime toujours aller traîner dans une librairie, mais je me dis que les sous économiser sur des poches numériques, je peux les mettre dans des livres plus chers. Le sujet est vaste. Disons que j’essaye de soutenir les libraires, mais que pouvoir lire davantage pour un budget qui est parfois serré, c’est important aussi.

Ayant déménagé plusieurs fois, pouvoir emmener une bonne partie de ma bibliothèque dans mon sac, c’est aussi un gros avantage. J’ai lu des séries que je n’aurais pas lues sinon. Une bonne partie des Nicolas Le Floch par exemple.

J’achète le plus souvent les livres sur le service de Kobo. Ça fonctionne bien depuis 6 ans. J’ai mes livres en ligne et je peux les télécharger facilement sur la liseuse quand je veux.

Avec le confinement, les bibliothèques locales sont bien sûr fermées, mais il y a un système de prêt en Wallonie où je suis actuellement, Lirtuel. Il a été “déverrouillé” en avril jusque fin mai. Même sans inscription physique en bibliothèque, on a accès au service d’emprunt en ligne.

J’ai donc testé le système. On peut louer des ebook pour un mois. Il faut télécharger le lien sur Adobe Digital Editions et faire la procédure expliquée. En gros, il faut relier son compte de lecteur à Adobe, et puis relié le tout à sa liseuse.

Ça a bien marché pour le premier livre de Legardinier que j’ai lu sans souci. Mais alors que j’avais téléchargé et entamé un autre ebook (L’hôtel du grand cerf pour lire des exemples de cosy crime), je n’ai plus eu qu’une page blanche, sans avertissement ni raison apparente. Et je n’ai plus réussi à ouvrir d’autres prêts.

Ce doit être un problème d’autorisation entre Adobe et Kobo. Le souci est signalé sur le site. Ou peut-être mon compte sans lien à une inscription effective est arrivé échéance pour la Kobo.

Du coup, j’ai perdu pas mal de temps lundi et mardi à explorer le problème et le sujet ebook – DRM – ADE.

Avec Kobo, j’ai quasiment tous mes livres avec le compte. Je ne me pose donc pas trop de questions pour gérer ma bibliothèque. Je classe les livres avec les collections et ça me suffit.

ADE est assez “basique” (et moche). Calibre est bien plus agréable pour la gestion d’une bibliothèque avec catégories et étiquettes. Mais il est bloqué par ce qui bloque les ebooks : le DRM. Vaste, très vaste sujet, encore une fois.

Tous ces questionnements, ces essais, c’est bel et bon, mais la productivité et l’écriture escomptée de nouvelles sont ainsi passées à la trappe de la procrastination universelle…

Babelio

Si je lis pas mal depuis l’enfance, et qu’en plus, j’ai l’ambition (de plus en plus assumée, si si, je vais y arriver) d’écrire également, j’ai un gros défaut : Je ne prête pas assez d’attention aux auteurs. Je le confesse et je fais aujourd’hui amende honorable.

Je me souviens avoir lu une formidable histoire se passant en Amérique du sud pendant une dictature, et je ne me souviens ni du titre du roman ni de l’auteur… Il y avait deux danseurs de tango sur la couverture du poche. Avec ça, je n’ai pas réussi à retrouver le livre. Je ne saurai pas si j’aurais aimé d’autres livres de cet auteur. Regrets…

C’est pour ça qu’en même temps que j’explorais le prêt numérique avec Lirtuel, j’ai renoué avec le site Babelio (les fiches de Lirtuel sont liés à celles sur Babelio).

Je me suis inscrite, afin garder une trace des livres que je lis, et surtout, d’en apprendre plus sur les auteurs et connaître leur œuvre de façon plus complète.

Certes, c’est encore un réseau social, mais on est entre gens qui aiment lire, donc a priori entre gens bien (non ?). Je vais être une horrible utilisatrice silencieuse. Je ne me sens pas d’écrire des critiques. Mais il ne faut jamais dire “Fontaine, …”.

Blogs

Ce doit être l’effet du nano. J’ai besoin de me rassurer, de m’inspirer, et je crois aussi, de me justifier. Alors, lire des blogs où d’autres partagent leurs projets, leurs conseils et même leur pratique de l’écriture, c’est super intéressant. Je ne suis pas une grande consommatrice, mais j’ai commencé aussi à suivre plusieurs chaînes Youtube – prendre tout ce temps pour partager des conseils c’est juste génial – et un podcast.

J’ai donc lu une série d’articles cette semaine, découvert des blogs et du coup des auteurs super intéressants et généreux. Des blogs sur le blogging et sur l’écriture. Et sur WordPress.

Mais aussi https://arnierblog.wordpress.com/, https://julienhirtauteur.com/ (le Fictiologue), https://narrationetcafeine.fr/ , entre autres. Je vais en rester là pour le moment. Ce sont les principaux que j’ai découvert ou redécouvert cette semaine.

Enfin, parce qu’un blog bien entretenu, c’est important et ça réveille la geekette qui sommeille de moins en moins en moi :

WP Marmite que je suivais déjà mais que je devrais explorer à fond : Blog et chaine : https://wpmarmite.com/https://www.youtube.com/channel/UCU_gPhU-eAI56oUeFzVyUUQ

Autant que faire se peut, j’ai relié ces blogs sur mon compte wordpress.com. Ainsi je peux aller lire les nouveaux articles et suivre les blogs depuis l’appli WordPress ou l’interface mon propre blog. Je me suis aussi abonnée aux instagram et twitter. Interaction, quand tu nous tiens…

(il devient long cet billet non ? Mais c’est que j’ai quand même fait plein de choses cette semaine, en fait ! Courage, encore un sujet et c’est fini pour ce dimanche)

Geekerie

Je suis une geek qui s’était assagie. Mais maintenant que j’ai retrouvé du temps pour moi, je reviens à cette machine qui me fascine depuis mai 1995 (ça fait 25 ans !!) où on a branché notre premier PC à la maison (un 386 machin avec Windows 95, si si !).

Donc, entre moult installe/désinstalle Adobe Digital Editions pour essayer de lire l’ebook emprunté sur Lirtuel, une mise à jour d’Office (un plugin lent qui ralentissait tout l’ordi), j’ai continué à fureter sur le net à la recherche de l’éditeur parfaite.

Celui qui combinerait l’amour d’un stylo-plume, le charme rétro d’une machine à écrire, la légitimité de Word et la fiabilité d’Emacs (pour ceux qui connaissent).

Ce n’est sans doute pas l’occupation la plus intelligente quand on veut se mettre à écrire. Mais j’ai trouvé des trucs sympas. Alors je ne regrette pas le temps passé à peaufiner mes outils d’écriture numérique (Pour l’analogique, je suis sur le TWSBI 580 Diamond et encre Iroshizuku kiri-same, mais j’en parlerai une autre fois ^^).

Scrivener 3

Depuis le nano 2018, j’utilise donc quasi exclusivement Scrivener pour écrire. C’est évidemment l’idéal pour le Kouna, avec une recherche, des fiches personnages, etc.

Sur les blogs, j’ai croisé pas mal de mention à Scrivener 3. Déjà disponible pour Mac, la béta pour Windows est téléchargeable sur le forum de Literature&Latte, l’éditeur de Scrivener. La version stable devrait arriver cette année. Je devrais peut-être racheter une licence, mas j’aurai toujours 25 ou 30€ pour ce logiciel, tellement il est pratique et agréable.

J’ai donc téléchargé cette semaine la béta. Et… j’aurais dû le faire plus tôt ! L’interface est plus épurée, et surtout, c’est plus léger donc rapide. Coda-leia a fait plusieurs vidéos sur sa chaine avec l’ancienne et la nouvelle version.

Typora

J’avais récupéré le modèle de Mécanisme d’histoire pour gérer son blog du blog sur Scrivener. Mais s’il est parfait pour écrire un livre, Scrivener est trop imposant pour bloguer. Ce n’est pas adapté.

D’autre part, si j’aime bloguer léger, je n’aime pas non plus écrire les articles en ligne. Cela ne me semble pas naturel. Peut-être est-ce parce qu’en 1995 le temps de connexion à internet était compté. On allumait le modem (ce bruit si mélodieux !), on téléchargeait ou on surfait et puis on coupait la connexion. N minutes de connexion qui se retrouvait sur la facture. Il doit m’en rester quelque chose dans mon inconscient de geek scribouillarde. À la rigueur, Scribbook ou WordPress .com peuvent me convenir dans les transports ou à la pause déj.

Mais pour écrire confortablement, il me faut un logiciel installé sur le PC. Faut pas contrarier les fous, ni mèmère.

Tout ça pour en venir à dire que je cherchais un remplaçant à Windows Live Writer, logiciel de la petite suite d’accessoires de Windows XP. J’aimais bien ce soft simple et efficace pour gérer mes articles en brouillon et les mettre en ligne facilement.

L’évolution de WordPress avec Gutenberg a amené à écrire les billets en une série de blocs. Parmi les types de blocs, le bloc Markdown permet d’importer des textes formatés avec ce langage de balisage simple.

Typora est un éditeur de texte Markdown extrêmement simple mais bien conçu. L’interface est épurée et il y a un mode focus et machine à écrire, un peu comme sur Scrivener. On peut taper l’article directement le formatage ou se servir de l’interface pour ajouter le code Markdown.

Je l’utilise pour la rédaction de ce billet. J’en suis à 2737 mots… C’est vous dire si l’interface est plaisante !

Discord

Enfin, depuis avril et le camp nano, je squatte le Discord du Nanowrimo France – Elsewhere.

Mais ils sont gentils, ils ne m’ont pas encore mis à la porte même quand je suis trop bavarde ou quand je parle toute seule des fois.

Et voilà, j’ai fini pour cette semaine. Je ne pensais pas faire aussi long quand j’ai commencé ce matin l’article ce matin.

Une bordure décorative

En résumé, la semaine 19 a été

  • Productive : Pas trop, à part ce très long billet !
  • Utile : Oui
  • À améliorer : Gestion du temps, temps de lecture (plages)
  • Contente de moi : Oui
  • Je continue ? : Oui

Bonne semaine à tous, on se retrouve dimanche prochain ?

Photo mise en avant : Visuel créé avec Canva.

Auteur

dcedv@outlook.fr
Amatrice de stylos-plumes, apprentie écrivain, j'écris pour mon plaisir, pour le mettre sur papier avec de jolis objets, tels que plumes et carnets. J'aime les couleurs également, celle de ma boite d'aquarelle ou celles qui se succèdent au fil des saisons, ici et ailleurs. Merci d'avoir lu ce billet. J'espère qu'il vous a plu. N'hésitez pas à laisser un commentaire ou une question. J'y répondrai avec plaisir.

Pour me laisser un commentaire, c'est ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :