Stylo plume Lamy Studio aquamarine
Stylo plume

Stylo-plume Lamy Studio Aquamarine

Cela faisait un moment que je n’en avais plus acheté. Alors pour les fêtes, je me suis fait ce petit cadeau, un stylo Lamy Studio aquamarine.

J’avais présenté le bien connu Lamy Al-Star dans l’un des premiers articles de ce blog. Je ferai à l’occasion une petite revue pour mon précédent achat plumesque, un TWSBI 580 Diamond, ainsi que pour ceux que j’ai avec moi actuellement.

Deviendrais-je raisonnable en matière de stylo-plume ? Non, du tout. Est-ce seulement envisageable ? Cette fois aussi, c’était un achat coup de cœur. Mais on peut dire qu’un Lamy, c’est toujours un achat assez raisonnable. Surtout quand il est aussi élégant et d’une jolie couleur comme ce Lamy Studio édition 2019 Aquamarine.

Et qu’on aime les stylos-plumes, bien entendu !

J’avais repéré la forme élégante et les couleurs attrayantes de ce modèle sur internet. Début janvier, j’ai trouvé en vitrine de ma papeterie locale et préférée la version turquoise 2019, ce stylo Lamy Studio aquamarine. J’avais dans l’oeil la version olive, mais aigue-marine, que c’est joli quand même ! Et puis, le turquoise est une de mes couleurs favorites.

Stylo-plume Lamy Studio et son étui
Lamy Studio aquamarine et son étui

Ce sera donc pour cette édition que j’ai craqué.

Caractéristiques du Lamy Studio

  • Version : Aquamarine (édition 2019)
  • Couleur : turquoise métallisé, attributs chromés
  • Longueur fermé : 14 cm
  • Longueur ouvert : 12,5 cm
  • Diamètre du corps : 12 mm
  • Alimentation : cartouches Lamy ou convertisseur Z27 (anc. Z26)
  • Matériaux : métal
  • Finition : peinture métal, grip métallique chromé
  • Prix : 65,00€ (en papeterie en Belgique)
Comparaison des Lamy Studio et Lamy Al-Star
Comparaison des Lamy Studio et Lamy Al-Star

Aspect du Lamy Studio

Un stylo épuré

Fusiforme. Profilé. C’est la ligne épurée qui m’a plu d’emblée.
En effet, plus discret que le massif Al-Star, il a une jolie forme d’un seul tenant, du pied au bout du capuchon.

Pour autant, il ne manque pas non plus d’originalité. Le clip me fait penser à une hélice d’avion. Plat et anguleux à l’attache pour se tourner et finir vertical et arrondi à l’extrémité. Pour un peu, on croirait qu’il va s’envoler !

Fermé, la jonction capuchon – corps est quasi invisible. J’aime assez cette simplicité.

Les deux extrémités finissent en fines couronnes chromées parfaitement cylindriques, avec un petit ressaut à l’extrémité du corps.

Il n’y a pas de courbe, de bague, de détails inutiles. C’est un stylo pensé pour sa fonction d’écriture, pour être utile et solide.

La ligne fusiforme et l’attache ont quelque chose d’aéronautique d’avant guerre tout en étant moderne.

Stylo-plume Lamy Studio

C’est germanique, Bauhaus, simple et efficace, avec du caractère.

C’est un Lamy. Ya, genau !

Aquamarine

Du coup, la couleur aigue-marine de l’édition 2019 tempère un peu tout ça. Elle donne un aspect plus féminin. La version noire ou brossée aurait sans doute été trop dure pour moi.

En lithothérapie, pour ceux qui y croient ou que cela amuse, on dit que la couleur bleue favorise la communication et que l’aigue-marine est une pierre idéale pour la créativité. Ça tombe bien, pour un outil d’écriture.

Sous le capuchon

L’impression se confirme à l’ouverture :

Un clips net pour ouvrir sur un grip chromé qui s’arrondit vers la plume. On trouve le même petit ressaut qu’au bout du corps pour retenir les doigts de ne pas tomber sur la plume.

Stylo-plume Lamy Studio ouvert

C’est tout ce que j’aime : une prise lisse, sans pas de vis ni bague ou de décrochement trop marqué (comme sur le Lamy Scala) pour faire mal aux doigts pendant l’écriture. Ici, la transition avec le corps est vraiment très légère.

Plume Lamy

La plume Lamy habituelle est parfaitement équilibrée au bout de ce corps.

Par défaut, elle est F – fine. On peut bien sûr la changer pour EF ou M ou pourquoi pas une plume 14K.

Plume du Lamy Studio
Plume du Lamy Studio

J’y pense, j’y pense…

Encrage

Pour pouvoir utiliser tout type d’encre, j’ai acheté un convertisseur Z27 en même temps que le stylo. Les cartouches Lamy sont bien sûr une autre option.

Pour rappel, les stylos-plumes Lamy fonctionnent avec leur cartouche propriétaire. Je n’ai jamais tenté d’y mettre d’autres types, par exemple des Parker. L’embout des cartouches universelles est plus étroit, donc le risque de fuite est important. Pour éviter tout accident, autant rester sur la cartouche dédiée qui s’adapte parfaitement dans le bloc-plume.

J’ai choisi d’encrer mon nouveau stylo en Waterman Mer du Sud (ancienne version qui me suit depuis quelques années). L’encre s’est peut-être un peu évaporée avec le temps mais elle est toujours parfaitement liquide. Je n’ai pas remarqué de dépôt notable dans la bouteille ou rencontré de souci de conduit bouché.

Recharger le stylo-plume Lamy Studio avec un convertisseur
Recharger simplement le stylo-plume Lamy Studio avec un convertisseur

Je remplis le convertisseur directement dans l’encrier et, après l’avoir essuyer, je le mets en place comme une cartouche. Et c’est tout.

Pour le re-remplissage, je trempe la plume dans la bouteille. Ca marche aussi. Je ne sais pas ce qui est le plus indiqué… Je devrais aller fouiller un dimanche après-midi les vidéos de Brian Goulet ou le forum styloplume.org.

En tout cas, la plume sèche s’est encrée rapidement et a écrit après seulement quelques traits ; une belle ligne nette et régulière.

Prise en main du Lamy Studio

Bien entendu, les ressentis d’écriture avec chaque stylo-plume est tout à fait propre à chacun. Mais voici mes premières impressions.

Prise en main du Stylo-plume Lamy Studio
Prise en main du Stylo-plume Lamy Studio

Comme je m’y attendais, la première sensation est un peu raide. J’avais eu le même ressenti en découvrant le Al-Star ou le Lamy Scala que j’avais acheté à Marseille. Je vous en reparlerai à l’occasion.

La plume Lamy est en acier, ainsi que le stylo. Ce n’est pas du tout une plume flex, donc il n’y a rien qui me choque.

Mais cela étant dit, le corps se confirme être très confortable. Je l’ai bien dans la main, plus que le Scala que je trouvais un peu trop “glissant”. La courbure permet une bonne prise et il se cale bien dans le creux du pouce. Mon index arrive à 0,5cm de la petite butée. Parfait pour moi.

Je sens que j’aurai un stylo qui ne me lâchera pas, mais qui pourrait à la longue me donner quelques crampes. D’où l’importance de bien s’hydrater et d’avoir une grande tasse à thé/café pendant le NaNoWriMo 😉

Écriture

Le débit est bon, semblable à un Al-Star.

Sur mon papier-test initial, sur lequel je scribouille pour faire venir l’encre, j’ai fais une arabesque et inscris dessous : “Très confortable”.

Premier test avec le Lamy Studio
Premier test avec le Lamy Studio

Au verso : “C’est un Lamy métallique. Donc il est raide. Lamy est guindé, mais le débit est bon. Peut-être qu’en manipulant la plume il sera plus généreux*. Mais il est très confortable, très bonne forme et équilibre. A tester, moins lourd que le Waterman [Expert – qui est mon référent].

Une bordure décorative

Conclusion

J’essaye désormais d’acheter un stylo surtout pour l’utiliser et pas uniquement parce qu’il me plaît visuellement. J’ai été un peu déçue par des achats chez Monteverde et Visconti, qui j’aime bien mais que je n’utilise pas au quotidien. Trop lourds, un pas de vis trop marqué pour l’un et un débit insatisfaisant pour l’autre sont les principales raisons de mon désamour.

Dans ce cas-ci, pour moins de 70€, le stylo Lamy Studio aquamarine offre un beau stylo, pratique et solide, et qui écrit impeccablement bien. Son design est à la fois élégant et simple, on peut l’utiliser pour se faire plaisir tous les jours, pour se la pêter au travail (si vous avez un casier qui ferme à clé pour éviter de se le faire chiper), ou pour signer l’achat de votre maison de rêve. Il pourrait également convenir pour une séance quotidienne de 1 667 mots en novembre.

Que demander de plus ?

Un débit un peu plus fort peut-être ? Je le testerai à l’occasion avec une plume M, pour voir. Mais pour un stylo courant, il est préférable qu’il ne soit pas trop généreux, au risque d’être baveux.

Je suis donc tout à fait contente et ravie de mon nouveau Lamy qui a rejoint le Al-Star, le Waterman, le Sailor Lecoule et le TWSBI 580 dans mes stylos de tous les jours.

Auteur

dcedv@outlook.fr
Amatrice de stylos plume, apprentie écrivaine, j'écris pour mon plaisir, pour le mettre sur papier avec de jolis objets, tels que plumes et carnets. J'aime les couleurs également, celle de ma boite d'aquarelle ou celles qui se succèdent au fil des saisons, ici et ailleurs.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.